Entrez dans la cité d'Éden et assouvissez vos désirs.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hybrids of Memories

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fhayr Adam
Gérant du Love hôtel
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 01/03/2011

Carte d'identité
Pouvoir(s): Télékinésie, Maîtrise du Feu
Maître de: personne
Soumis de: des impôts

MessageSujet: Hybrids of Memories   Jeu 31 Mar - 14:10

Fiche de Hybrids of Memories


Nom du forum : Hybrids of Memories
Adresse :
Code:
http://hybrids-of-memories.forumsactifs.net/
Logo :
Histoire :
NEKYO, 2005.

« Une explosion démographique à l'ampleur phénoménale... »


* Nous sommes au Japon. Au coeur d'une ville centrale, carrefour d'un nouveau type d'industrie à lui seul : Le commerce d'hybrides. Véritable secteur d'activité, et exploitation en plein boom ; ce mouvement dont les pères fondateurs appartiennent au gouvernement nippon attire et créée de plus en plus d'adeptes, provenus des quatres coins du monde. La ville dont nous vous parlons a pour nom Nekyo. C'est en cette mégalopole que l'idée du commerce d'hybride vit le jour, pour grandir et se voir concrétisée - puis officialisée - par les grandes puissances mondiales. Il est sur notre planète un grand nombre de villes où l'on pratique ce débit récent. J'adore, j'adhère... Avec le bouche à oreille, les louanges de glorieux propriétaires, et la fortune de quelques autres, ce libre échange d'êtres métissés devint un facteur économique certain, et le motifs de passions naissantes. La genèse de cet engouement entraîna bien sûr bon nombre de polémiques... D'un point de vue moral, une énorme controverse demeure encore de nos jours : Après tout, les hybrides ne sont-ils pas des humains comme les autres ? Malgré leurs gènes animaliers, ne méritent-ils pas les droits et le respect auxquels sont alloués les "vrais" Hommes ? D'ailleurs, d'où proviennent-ils, ces étranges bipèdes pourvus de queues et d'oreilles touffues...? Le gouvernement préfère faire l'impasse sur ce point, prétendant délibérément au public qu'il s'agit là d'une évolution incongrue de l'homme découverte il y a peu. Mais en vérité, il préfère taire et garder dans le secret que les hybrides sont le fruit d'expériences menées au sein de laboratoires inconnus... Mais, passons ces points lassants, que nous retrouverons dans tout bon ouvrage économique.

Nekyo est devenu la capitale du commerce d'hommes-animaux, couramment appelés hybrides, et fut pendant longtemps un lieu de tourisme privilégié. Nombreux d'ailleurs furent les nouveaux venus qui choisirent de séjourner indéfiniment, voire de s'installer en cette métropole, uniquement pour jouir d'apanages spéciaux quant à l'acquisition de nouveaux esclaves. En effet, Nekyo est le berceau de ce commerce, il se doit donc d'innover en proposant toujours des nouvelles races des plus alambiqués. Et vous êtes certains d'y trouver les moindres représentants du règne animal... Des perles rares, en quelque sorte. Pour abréger, Nekyo est désormais le refuge de maîtres et maîtresses débordant de cruauté, ou parallèlement d'affection, que chacun désire ardemment communiquer à ses jouets ou compagnons favoris... Tout comme certains maîtres peuvent êtres doux, aimants et dévoués à leurs hybrides, certains sont aussi ignobles qu'odieux, voire pervers au plus haut degré... Vous dénicherez de tout ici bas. Et les allées et venues de toutes les contrées du monde vont bon train. Bref, Nekyo promet de grandir encore et toujours, regorgeant d'une communauté florissante...
La ville a encore de beaux jours devant elle, avec son cortèges d'atrocités et de joliesses... ...Non...?



NEKYO, 2005, le 6 juin.

« Et par la colère de la Terre, le continent implosa en ouvrant douloureusement ses entrailles pour ensevelir les hommes sous les décombres. »


* Et bien... il semble que non...

C'est à dater du 6 juin 2005 qu'advint la plus grande catastrophe japonaises de tous âges. Cet évènement qu'il me faut vous conter souleva les coeurs d'un pays entier, laissant le Jaon sous le choc, et creusant un douloureux sillon dans la bonne marche de son économie... Aux premiers jours d'un été déjà particulièrement caniculaire, survenaient déjà ce qu'étaient les prémices à un catacylsme sans précédent. On répera bien trop tard les antécédents d'un fléau à venir, et celui-ci surpris d'ailleurs toute la populace lorsqu'il survint.

A trois heures du matin sonnantes, un titanesque séïsme prend de court des Nekyoïtes abasourdis. Le ventre bouillonnant de la terre se rétracte sur lui-même, engouffrant et ébranlant les plus imposants bâtiments, pour se déchirer lourdement en une secousse d'une violence plus qu'inouïe. Sur l'échelle de Richter, ce tremblement de terre pulvérisait les plus puissantes magnitudes pour faire s'ébouler une région entière dans un chaos ardent. Les hôpitaux, les écoles, les bâtisses, les quartiers résidentiels, tout s'effondra et fut broyé par un soulèvement tectonique foudroyant... Nekyo fut littéralement détruit, saccagé, dévoré de fond en comble par les secousses cruelles, sans laisser le moindre répit aux citoyens. Ils ne resta pas le moindre bâtiment. Comme après le passage de la faucheuse, qui emporte tout sans rien laisser, il ne restait aux rares survivants guère qu'un vaste territoire intégralement trépassé. Le monde est informé de ce cataclysme sans nom... Et malgré tous les moyens déployés par les aides humanitaires, rien ne put être sauvé. Reconstruire cet état ? Rien de plus improbable. Cela aurait nécessité des dépenses faramineuses pour de bien piètres résultats. Non, c'en était terminé de Nekyo... C'en était terminé des hybrides... Plus aucun espoir ne subsistait... Enfin...

Pas tout à fait... Car une once de courage suffit parfois à renverser le cours des choses...



NEKYO, 2005, le 9 juin.

« Ils s'accrochèrent à la vie car elle guidait leurs pas dans les ténèbres ; et comme elle était la dernière des lueurs, ils la suivirent pour émerger des ruines. »


* Après la catastrophe, les rescapés luttent avec les dernières forces qui habitent leur corps pour survivre. Profondément stigmatisés par leur sort, ils ignoraient tout de ce qui se passait sur la planète, autour d'eux. Ils se retrouvent coupés du monde, car sur ce monde ils ne sont plus. Pour les autres pays, résignés, pour leur état même, ils sont morts et enterrés. Ils n'existent plus guère. Le commerce d'hybrides aura été implanté ailleurs, afin de repartir laborieusement mais véritablement, assuré de prospérer sans pâtir de la catastrophe advenue dans son pays d'extraction. Au bout de trois jours, les survivants fourbus se regroupent pour tenter de faire face. Par la grâce du Seigneur, il leur fut donné de retrouver quelques uns des leurs, réfugiés au plus profond d'un caveau ou à des lieux tous plus inconvenants les uns que les autres. Ils ne connaissaient même pas l'origine de ce séïsme, car ils ne pouvaient en déterminer la cause sans élucubrer. Et il n'y avait aucun professionnel du genre parmi eux. Certes, le Japon était clairement préparé à ce genre de catastrophes, mais ne pouvait faire face à un phénomène de cette ampleur. Celui-ci était le plus violent de l'histoire jusqu'à présent, atteignant et pulvérisant de véritables records... Les rescapés convinrent de se mettre en quête d'un nouveau havre de paix où s'établir. < La réponse à l'interrogation sur les règles, dans la fiche : J'en ai bavé pire qu'un Neko-Escargot. > Ils ne voulaient s'abandonner au sommeil dernier sans avoir lutté corps et âme. Ils ne voulaient pas mourir comme de vulgaires pantins pour le plus grand bonheur de l'état. Ce serait le comble du déshonneur... Surtout pour des nippons ! Car le peuple japonais est fier, solide et se doit de se reconstruire dans l'humilité mais le prestige, affrontant les pires fléaus que la Terre et l'histoire pouvait porter en dépit de l'humanité...



NEKYO, 2005, le 13 juillet.

« Et malgré vos jugements, ce furent les derniers des esclaves qui firent renaître le peuple, et qui sauvèrent leur patrie d'un terrible épilogue. »


* Avec des vivres allant en décroissant, une diminution constante du moral et un déclin terrible de la force, tout était indiqué pour les voyageurs déchus qu'ils allaient bientôt aperçevoir le visage de la mort sous leurs pupilles vitreuses. En dépit de tout leur courage, de tous leurs efforts, il ne pouvaient se défaire de la faiblesse et de la précarité de leur état. Quelques uns d'entre eux succombèrent dans le déchirement, et au fil du voyage, les choses devenaient de plus en plus ardues et privatives. Cependant, parmi eux, se trouvaient des êtres... différents. Des êtres dont les facultés dépassaient leur entendement. Dont les capacités et le taux de vie semblaient les transcender et devancer l'ombre de la Faucheuse... Des Hybrides ! Ces renégats cachaientleur gènes des yeux des humaisn qui les accompganaient: Ils redoutaient leur réaction et leur éventuel rejet ; ils ne voulaient se séparer et amoindrir par conséquent leurs chances de survie. Mais ils finirent par être découverts malgré tout... Mais la pénibilité de leur sort était telle qu'aucun ne se préoccupa d'inutiles critiques. Ils furent au contraire presque encensés, eux qui survivaient au mieux, s'accrochaient à la vie si facilement... Parmi eux, nous retenons encore aujourd'hui des noms de légende : Seijuro, le plus fort et le plus brave d'entre eux, un hybride Ryu/Dragon qui atteignait des sommets d'endurance. Muira et Makiko, deux jeunes Nekos surpris par la sauvagerie du séisme, épris autant l'un de l'autre que de leur liberté. Ronarik, un Ookami doux et solitaire, mais à la force rare et pure. Reyko et Thao, deux frères jumeaux sous le signe de la colombe, apportant la paix et l'espoir parmi les leurs. Et Koroé, un hybride issu de plusieurs races reptiliennes, l'oeil fourbe mais vif et gracile. Ces sept lueurs de vie, d'espérance, finirent par voir le destin de la petite troupe reposer entre leurs mains. Et finalement, en combinant leurs vertus aux atouts des humains, en entrant en symbiose avec eux, en alliant et en complétant leurs forces et faiblesses, en n'ayant plus aucun secret pour l'autre, ils se révèlèrent le chemin salutaire...



SHIBUNYA, 2005, le 18 septembre.

« Grâce aux efforts conjugués, les terres nouvelles furent ralliées, et avec elle la perspective d'un renouveau d'espoirs et de rires partagés. »


* La mise en commun de leur capacité leur avait, à tous, permi de découvrir un nouveau lieu d'apparence vaste et sereine... Des terres fardées, occultes, semblant comme oubliées de la civilisation et de sa corruption. Y trouvant abris et nourritures, ils choisirent tous avec plaisir et délivrance de s'y établir pour faire le point sur les choses et reprendre un peu de vitalité. Après plusieurs jours, la vie en communauté leur était douce et agréable ; il leur semblait là qu'il vivaient un retour aux ères premières, ou l'innocence et la paix seules régissaient le coeur des hommes. Tous entre eux finirent par développer bien des formes de relations ; et en plusieurs mois de développement, de nouveaux membres de la société qu'ils recréaient virent le jour... La civilisation se recomposait sur ces terres nourricières ; la vie reprenait son cours, plus forte que tout ! Elle rivalisait avec la rage et la colère de la nature, essuyant ses châtiments pour se relever plus forte encore. Lorsque des études et recherches menées à cette époque par les états et gouvernements voisins finirent parles guider en ce nouvel endroit, en ce havre si beau et prometteur, ce qui devait arriver arriva : Les hommes débarquèrent sur ce berceau pour y implanter leur règne et leur peuplement inéluctable... Ce lieu, si féérique, si enchanteur, fut baptisé Shibunya. Et avec l'ampleur des années, cette Shibunya nouvelle redevint le carrefour de toutes les sources d'activités au Japon... Elle vit renaître la vie, les valeurs humaines. Ce fut le retour affluent d'une nouvelle culture... Avec ses avantages, et ses inconvénients. Nous savons déjà que les hommes fondant des terres ne peuvent le faire sans les corrompre et les détruire... Mais c'est une autre histoire...



SHIBUNYA, 2010, le 31 octobre.

« Bienvenue à Shibunya ! »


* Shibunya et redevenue, depuis quelque temps, une mégalopole incontournable du continent nippon. A la pointe dela technologie, ce lieu qui était auparavant pur et dénué de toute trace humaine, on s'en est emparé pour en faire une nouvelle cité. Elle accueille en son sein le commerce d'hybrides, de nouveau en plein boum, et les diverses activités qui rythment et jalonnent le monde actuel... La famille Kenburo, l'une des plus puissantes et influentes du Japon, a d'ailleurs implanté sa citadelle en ces nouvelles terres. Sympathique publicité pour nombre de futurs habitants... Mais évidemment, il n'y a pas que ça. Les choses qui pourraient vous amener en ces terres Shibunyennes sont trop nombreuses pour être énumérées. A présent, c'est à vous qu'il revient d'écrire l'histoire... C'est à votre tour de vivre à Shibunya, sur les Terres d'HoM !

Votre fiche de partenariat Leur fiche personnelle
Lien vers notre poste fiche Demande de partenariat : Eterna
Où est notre bouton ? Sur la page partenaire

Membres du staff : Yuuko Kenburo, Makoto Kenburo, Etsu & Etsuko Kenburo, Kinsue, Akuma et Tomoé
Nombre de membres actuellement : 77 Membres
Autres : Passez jeter un coup d'oeil par vous-même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eterna.forumgratuit.be
 
Hybrids of Memories
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eterna :: La Foire :: Partenaires-
Sauter vers: